Le décollage

Le décollage est une des parties les plus délicates du vol et peu très rapidement finir par la destruction de votre appareil s'il est raté. Nous allons prendre comme avion pour l'apprentissage le Curtiss Hawk 75. C'est un avion très stable idéal pour s’initier au vol.

Prise en main de l'appareil

Dans les articles précédents sur les pré-requis et les instruments nous avons vu les différentes touches utiles, l'utilisation du joystick et le minimun à connaitre de votre avion. Nous allons pouvoir passer à la partie concrète: le vol.

Déterminer son axe de décollage

Une fois votre avion choisi, vous rentrez en jeu sur l'aérodrome devant un des hangars. Il n'y a pas de pistes à proprement parlé mais un immense carré d'herbes, vous avez donc la liberté de décoller dans n'importe quelle direction ou presque.

Observez la configuration de l'aérodrome afin de déterminer votre axe de décollage. Optez de préférence pour la plus longue distance de piste. Il est utile de repérer les obstacles entourant la piste, comme les bâtiments et la végétation (pour ne pas finir en déco de noël dans un sapin). Plus vicieux encore, les défenses anti-aériennes en périphérie de piste pas toujours visibles au premier coup d'œil. Ne perdez pas de vue qu'un avion à besoin d'une longueur de piste importante pour décoller, plus ou moins longue selon le type d'appareil et sa charge.

En toutes circonstances, rien ne sert de s'énerver ou d'être trop impatient, le décollage, tout comme l'atterrissage sont des phases critiques du pilotage. Il faut pour mener à bien ces manoeuvres se concentrer et ne jamais actionner les commandes de façon trop brutale.

Contact et manoeuvre au sol

Par défaut la roulette de queue de votre avion est verrouillée dans l'axe, même si votre avion n'est pas aussi manœuvrable au sol il est fortement conseillé de la maintenir dans cette position. Dans le cas contraire l'avion devient très instable et tourne très facilement sur lui même. La roulette peut être déverrouillée dans le cas d'un regroupement d'avions sur la piste de manière à avoir une bonne manoeuvrabilité au roulage à faible vitesse.

Mais aujourd'hui il s'agit de décoller sans risquer de partir dans tous les sens dès les premiers tours de roues.

On met le contact avec la touche E en ayant auparavant pensé à mettre la manette des gaz au minimum.

Il faut prendre son temps et ne pas démarrer en trombe. Tout d'abord bloquez les freins pour garder le contrôle de l'appareil lorsque vous allez mettre les gaz. Laissez enfoncer en même temps sur les 2 touches du frein gauche et droit (touches W et X). Freins qu'on relâchera pour rouler sur la piste une fois prêt.

Il est temps de faire monter le moteur en régime et ensuite de mettre un peu les gaz.

Pour cela, il faut avant tout avoir déterminé sa direction de décollage pour ne pas se retrouver moteur plein gaz sans savoir où se diriger.

Un maximum de puissance et de vitesse au décollage c'est un maximum de sécurité. On va donc passer au régime maxi par 2 pressions successives sur la touche ù jusqu’à arriver sur Max ( il y a trois positions Eco<=>Continu<=>Max, pour baisser le régime moteur c'est la touche M )

A ce stade l'avion ne bouge pas ou peu, il est temps de passer aux choses sérieuse et de mettre les gaz.

Montez progressivement à 50% puis relachez les freins pour manoeuvrer et vous placer dans l'axe choisi. Pour vous diriger sur la piste, deux options:

  • avec les freins en appuyant sur une seule touche, le frein droit pour tourner à droite et le frein gauche pour tourner à gauche,
  • ou avec le palonnier du joystick (ou les pédales).

Vous pouvez aussi jouer sur les freins et le palonnier tout comme sur la manette des gaz.

Une fois bien aligné sur votre l'axe de décollage, montez les gaz à 100%.

Il est normal à ce stade de devoir corriger la trajectoire par petites impulsions (freins ou palo), mais attention aux à-coups trop appuyés qui vous feront perdre la trajectoire voir le contrôle de l'avion.
De même le fait de bloquer les freins lorsque la vitesse est importante risque de faire passer l'avion cul par dessus tête. Préférez le palonier à vitesse élevée et sinon appuyez sur les freins par toutes petites pressions alternatives pour réduire l'effet de "piquage du nez".

Si le contrôle vous échappe, il vaut mieux couper les gaz, ralentir, et se repositionner pour un nouvel essai.

Décollage

Lorsque l'avion arrive à bonne vitesse et que l'on a le contrôle de sa trajectoire, il est temps de décoller. Attention, le H75 décolle assez rapidement, mais trop tôt et c'est le décrochage une fois le planché des vaches quitté.
Donc, suivant l'espace qui vous sépare du bord de la piste, cherchez toujours à prendre le maximum de vitesse pour vous assurer une meilleure stabilité une fois en l'air.

Badin du H75

Un rapide coup d'œil sur le compteur de vitesse

pour s'assurer que l'on a bien dépassé les 150km/h (trait rouge sur l'image) tirez alors lentement sur le manche, j'insiste : len te ment, doucement et délicatement, pour prendre un angle suffisant au décollage sans pour autant perdre trop de vitesse.

Il est important de signaler que cette vitesse de décollage en sureté dépend énormément de l'avion. Plus ce dernier est lourd et à une surface alaire faible plus cette vitesse est importante. Selon les avions cette vitesse peu varier de 150 km/h à 190km/h.


Décollage du Curtiss Hawk

En effet, un trop fort taux de montée ralenti dangereusement l'avion qui, une fois sous les 150 km/h perd énormément de ses "portance" et risque donc de tomber comme une pierre. C'est ce que l'on appelle décrocher dans le jargon des pilotes.

Variomètre du H75

En phase de décollage vous pouvez regarder le cadran de la vitesse ascentionnelle pour ne surtout pas excéder un taux de montée supérieur à 8 m/s (ligne rouge).

4 m/s est suffisant pour décoller si la piste est longue et dégagée. On peut attendre d'avoir atteint une vitesse de l'ordre de 250 km/h à 300 km/h avant d'accentuer son angle de grimpé, le temps de la montée n'en sera que plus bref.
Il est aussi important de garder un cap rectiligne tant que sa vitesse est trop basse, rentrer dans un virage serré après un décollage demande un certain doigté  et le néophyte se retrouve très souvent le nez dans le gazon à vouloir faire cette manœuvre trop rapidement.


Les trains d'attérissage

L'avion stabilisé et à une vitesse confortable, rentrez les trains d'attérissage avec la touche g.
Ne tardez pas non plus à exécuter la manœuvre car si l'avion prend trop de vitesse il se met à vibrer énormément (traînée trop importante) et cela peut endommager le train définitivement.

Ensuite, suffisamment haut, vers 2000m réduire un peu les gaz de 10 à 20 % pour éviter la surchauffe moteur (cadran 11).

Bien que le H75 ne chauffe pas trop vite, prenez l'habitude de réduire les gaz quand vous n'êtes pas en phase de combat pour évite de griller le moteur. Vous pouvez aussi agir sur le régime et passer de Max à continu.

Il vous reste ensuite à vous familiariser avec l'avion et pour ça il faut voler et encore voler. Essayer d'en appréhender les limites et les possibilités, ses points forts et ses points faibles. Pour cela il faut du temps et je ne peux que vous conseiller de vous former avec un professeur ayant déjà une certaine expérience en la matière.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de World War II Online ?

84 aiment, 23 pas.
Note moyenne : (110 évaluations | 6 critiques)
5,6 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de World War II Online
(25 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

59 joliens y jouent, 170 y ont joué.